A intervalles très réguliers, mon palais se met à réclamer à cor et à cri du sucré. Mes hanches, quant à elles, ne supporteraient que péniblement ces demandes répétées, si n'étaient les divines recettes d'un petit livre, béni des Dieux, qu'un miracle a mis entre mes mains un jour où je flânais une fois de plus dans le rayon cuisine d'une grande librairie.

 

P1000581 (2)

 

Une fois n'est pas coutume, la légèreté ne se paye nullement par une perte de saveur. Le plaisir est entier à la dégustation et je mettrais même quiconque au défi de deviner qu'il s'agit de gâteaux légers.

A lire la quatrième de couverture, on comprend vite que l'auteur a déjà du, comme nombre d'entre nous se hasarder à alléger en tâtonnant bon nombre de recettes traditionnelles avec un résultat loin d'être satisfaisant gustativement. Lorsqu'on diminue "à la louche" le beurre et le sucre contenus dans une pâtisserie, on ne parvient qu'à déséquilibrer l'ensemble. Rares sont les bonnes surprises en procédant à l'aveugle.

Autre écueil, remplacer systématiquement les denrées incriminées dans l'épaississement de notre tour de taille par leurs ersatz allégés : aspartam, "beurre" à 20% de matières grasses et autres bizarreries créées par l'industrie agroalimentaire, autant de substituts artificiels qui ne permettent le plus souvent que d'obtenir un simili-gâteau tout juste comestible.

Ici, aucune hérésie de ce genre, mais une généreuse dose de bon sens et d'excellentes astuces glanées de parts et d'autres qui assurent l'obtention de douceurs aussi délicieuses que bonnes pour nous.

De quoi se régaler en toute occasion sans une once de mauvaise conscience.

Le titre de cette petite merveille des éditions Tana : "C'est du gâteau!" de Julie Poux.

La première des recettes extraites de ce livre que j'ai testée avec bonheur est un gâteau moelleux à souhait et très parfumé qui peut, selon moi, être réalisé avec les fruits de votre choix, à condition qu'ils ne soient pas trop sucrés pour contrebalancer la douceur de la pâte.

J'ai choisi de remplacer les prunes suggérées dans la recette par une demi-boîte d'abricots au sirop que j'avais dans mes placards. L'accord avec la noix de coco contenue dans l'appareil était on ne peut plus harmonieux. Mais libre à vous de laisser parler votre imagination.

Ce gâteau escorte à merveille une tasse de thé à l'heure du goûter. Il a également tout à fait sa place sur la table d'un brunch. (Il est rare qu'il en reste une miette, mais sachez qu'il se conserve à merveille recouvert d'un film alimentaire.)

 Alors à vos spatules!

 

P1000584 (2)

 

Gâteau "plume" abricot - noix de coco*

 

Ingrédients pour 6 personnes (soit un petit moule à manqué de 20 cm de diamètre):

- 100 g de sucre en poudre (j'utilise de la cassonade) + quelques cuil à soupe

- 2 oeufs

- 100 g de farine (50 g de farine fluide T 45 ou T50 et 50 g de farine complète T80)

- 100 g de noix de coco râpée

- 2 cuil à café rases de levure chimique (j'ai mis un demi sachet de levure soit environ 5 g)

- 50 g de beurre (pouvant être remplacés par 50 g de purée d'amande blanche)

- 3 cuil. à soupe (généreuses) de lait

- Des prunes (Une boîte d'abricots au sirop léger (soit entre 15 et 20 demi abricots selon la taille de votre moule))

- 1 cuil à soupe de Malibu (rhum aromatisé à la noix de coco), facultatif mais apporte beaucoup de parfum.

 

Préchauffer le four à 180°C. Huiler légèrement le moule s'il est en silicone; à défaut, le chemiser de papier sulfurisé.

Battre les oeufs entiers et les 100 g de sucre au batteur électrique jusqu'à ce que le mélange blanchisse et deviennent mousseux. Plusieurs minutes sont nécessaires pour obtenir le résultat souhaité.

A part, mélanger la farine, la noix de coco et la levure dans un bol, puis les verser sur le mélange précédent.

Délier avec le beurre fondu, le lait et le rhum.

Verser la pâte dans le moule.

Disposer harmonieusement les demis abricots bien égouttés, face bombée vers le haut, en les enfonçant légèrement dans la pâte.

Saupoudrer le dessus du gâteau avec le sucre en poudre restant.

Enfourner pour 30 minutes , jusqu'à ce que le gâteau soit doré et que la pointe d'un couteau en ressorte sèche.

Laisser tiédir avant de démouler. Déguster tiède ou à température ambiante.

Se régaler!

 

*joliment baptisé "Délice d'été coco-prunes" par Julie Poux, auteur de "C'est du gâteau!" aux éditions Tana.